Les Chavannes en 1942

      Autorisation de diffusion août 2021 : Département de la Savoie, Archives départementales, cliché Blanc, Louis et Fils, [2Fi6912].

 

 

 

Longtemps unie à La Chambre, chef-lieu de canton, la commune des Chavannes n'existe que depuis 1793.

Les Chavannes est le pluriel de Chavanne, du latin Cabanae  tirant son nom du lieu où les Chambrains possédaient  des cabanes et y exploitaient  des propriétés agricoles .

De 1794 jusqu'en 1801, la commune porte le nom de Les Chevannes pour évoluer en Les Chavannes. C’est en 1970, qu’elle prendra son nom complet de Les Chavannes-en-Maurienne (associé au nom de la vallée de La Maurienne) par décret du 25 novembre 1970, publié au J.O. du 5 décembre 1970. Le nom des habitants est les Chavannais et Chavannaises

(Chavannains et Chavannainches, en Patois beaucoup plus utilisé)

Comme beaucoup de petites communes de Savoie, Les Chavannes-en-Maurienne a vu sa désertification s'accentuer vers le début du vingtième siècle, et son environnement se modifier avec l'avancée des friches.

Le bas de la commune (en plaine), est devenu après des travaux d'irrigation, le coeur économique du village : présence de fermes " modèles " (fin du XIXe siècle), d'une auberge et d'un relais de poste.

La famille Horteur est la bienfaitrice de la commune à l'image Jules-François, Maire, Conseiller général et Député (né en 1842 et décédé le 12 septembre 1895 à "Chavannes").

Aujourd'hui, la commune reste attractive: des constructions individuelles occupent la partie basse, avec la création du lotissement " L'Aiguillon" dans les années 1970.

Quelques dates :

1730 : Lors de l’élaboration du cadastre sarde, on dénombre 43 feux (foyers fiscaux)

61 maisons, 30 granges, 6 fours et 3 chapelles. Déquier « La Maurienne en 1730 »

 

1759 : le recensement de la population indique 220 habitants.

 

1793 : la commune se sépare définitivement de La Chambre pour devenir au point de vue administratif, totalement indépendante.

 

1801 : la paroisse des Chavannes, jusque là rattachée à la collégiale de La Chambre, est dorénavant unie à celle de La Chapelle.

 

1820 : le relais de poste à Grand-Maison est créé par Charles-Pierre Horteur en bas de la commune. Il est composé de plusieurs bâtiments adjacents le long de la route Royale. Son fils Joseph y construit quelques années plus tard une auberge qui périclite jusqu’à l’arrivée du chemin de fer en 1855.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris